Vous l’aurez compris, je suis passionné par la Tamise, sous tous ses aspects. Je ne pouvais donc pas résister à l’envie de piloter un bateau sur les eaux du fleuve. J’avais déjà expérimenté la navigation fluviale à l’ancienne en louant une barque auprès de Richmond Bridge Boat Houses (une sortie que je vous conseille vivement). Mais je voulais pousser l’expérience un peu plus loin, en prenant la barre d’un bateau à moteur.

apprendre a naviguer sur la tamise

En fait, aussi surprenant que cela puisse paraître, il ne faut absolument aucun permis pour naviguer sur la Tamise en tant que plaisancier. Ceci étant, si vous utilisez un bateau sur les eaux intérieures du Royaume Uni vous devrez enregistrer votre embarcation auprès de l’agence dont dépend la rivière sur laquelle vous naviguerez (détails pour la Tamise). Le bateau devra être assuré et dans la plupart des cas disposer d’un certificat de conformité. Vous trouverez ici le formulaire à remplir pour un bateau à moteur. Le coût des droits d’enregistrements dépend de la surface de votre bateau (£18.55 par m2). Si vous êtes un plaisancier de passage, vous pourrez vous acquitter d’une autorisation temporaire lors du passage de l’une des écluses.

Si aucun permis n’est exigé pour l’usage d’un bateau de plaisance, il est bien évidemment recommandé aux aspirants capitaines de s’initier aux rudiments du pilotage, pour assurer leur sécurité, celle de leurs passagers et celle des autres usagers de la rivière. Si vous vous promenez le week-end le long de la Tamise entre Putney et Tower Bridge, vous constaterez que peu de plaisanciers s’aventurent sur le fleuve. Les fortes marées et le passage au centre ville de nombreux gros navires découragent sans doute les navigateurs peu expérimentés.

Si l’aventure vous tente, il est bon de commencer par une formation, comme celle que j’ai suivie auprès de Chas Newens Marine à Putney. Vous pourrez en 2 jours y décrocher votre permis RYA PowerBoat Niveau 2 (coût: £340). Au terme de la formation, vous recevrez un certificat (n’oubliez pas une photo d’identité) ainsi qu’un formulaire qui vous permettra d’obtenir le Certificat International de Compétence (ICC en anglais), moyennant un supplément de £45 si vous n’êtes pas membre RYA (si vous devenez membre RYA via leur site, vous payerez £45 (ou £52 si vous n’optez pas pour le Direct Debit) et bénéficierez de la gratuité pour l’octroi de l’ICC).

Le cours prodigué par Chas Newens Marine est divisé entre une partie théorique, le matin des deux journées de formation (de 9h30 à 12h30) et une partie pratique, sur la Tamise, l’après-midi (de 13h30 à 16h30/17h00). Le deuxième jour, à condition d’avoir correctement effectué les manoeuvres, vous aurez l’occasion de pousser une pointe jusqu’à Tower Bridge en passant par le centre ville. Une expérience inoubliable. Regardez comment se débrouille mon ami Julien à l’approche de la Tate Modern.

LA THEORIE

Le premier jour nous avons commencé par aborder des notions de base relatives à la sécurité:

  • toujours être attentif à ce qui se passe autour de vous, à 360°
  • adopter une vitesse qui garantit votre sécurité, celle de vos passagers et celle des autres usagers. Une main sur le volant, l’autre sur le levier de vitesse (avant-neutre-arrière). Vous devez toujours avoir le contrôle de l’embarcation.
  • vous prémunir contre tout risque de collision en respectant les règles de croisement. Si vous arrivez l’un en face de l’autre, chacun doit partir à tribord (vers la droite, starboard en anglais) pour éviter la collision. Si vous apercevez le côté bâbord (port en anglais) d’un autre bateau en approche (bâbord = la gauche du navire quand le capitaine regarde vers l’avant), vous devez manoeuvrer pour lui laisser le passage (give way).

Vous retrouverez ces règles ainsi que celles relatives à l’ordre de priorité des navires et à leur signalétique (notions également abordées dans le cours PowerBoat RYA 2) sur le site Culture Maritime.

Nous avons également passé en revue la signification des signaux sonores, incluant les 5 coups de trompe pour « What on earth are you doing » (ou « I’m not aware of your intention »).

Nous avons découvert les signaux de détresse (qui vont du simple fait de crier ou de faire des vagues avec vos deux bras à l’usage de fusées éclairantes en passant par le hissage du duo de drapeaux November – Charlie). Retrouvez la liste complète dans la section maritime de cet article Wikipedia.

november charlie drapeaux apprendre a naviguer

Nous avons également reçu une introduction à l’usage d’une radio VHF (je suivrai prochainement une formation plus approfondie à ce sujet, £90). Nous nous sommes attardés sur la structure d’un message d’appel à l’aide (le fameux « Mayday »).

La formation passe également en revue quelques noeuds bien utiles pour arrimer le bateau à une bouée ou à un ponton, dont le noeud de chaise (bowline), le noeud de grappin (round turn and two half hitches) et le noeud de taquet (cleating off).

noeud de chaise apprendre a naviguer

Noeud de chaise

 

Noeud de grappin

Noeud de grappin

 

Noeud de taquet

Noeud de taquet

 

Le deuxième jour, la partie théorique était exclusivement consacrée à la préparation d’une traversée de la Manche, de Calais à Ramsgate (environ 2h15 de trajet). Nous avons appris à lire et à utiliser une carte marine. Nous avons déterminé la latitude / longitude de nos points de départ et d’arrivée et avons appris à contourner d’éventuels obstacles, dont les bancs de sable, en maîtrisant notamment la lecture des tables de marées.

Je retiendrai le fait qu’un mile nautique correspond à 1,852 km. Un noeud correspond à un mile nautique par heure. 12 noeuds = 22,224 km/h. Il s’agit de la vitesse maximale sur la Tamise au centre de Londres, sauf dérogation.

compas a pointe seche apprendre naviguer

L’un des outils que nous avons utilisé sur une carte marine (compas à pointe sèche).

LA PRATIQUE

Le premier et le deuxième jour, juste après une courte pause déjeuner, nous avons mis à l’eau les RIB de Chas Newens pour partir à la découverte de la Tamise.

mise a l eau du rib apprendre a naviguer

L’après-midi du premier jour nous a permis d’apprendre comment stabiliser le bateau face à la marée montante, une main sur le levier de vitesse, l’autre sur le volant (règle #1), tout en douceur. Nous avons également arrimé notre bateau à une bouée, après une approche face au courant de la marée. Ensuite nous sommes remontés de Putney vers Imperial Wharf (Chelsea) pour quelques exercices, avant de pousser une petite pointe de vitesse, toujours bien agréable.

Hammersmith Bridge apprendre naviguer Tamise

Passage du pont d’Hammersmith.

Le deuxième jour nous avons appris comment accoster et quitter un quai sans encombres, une procédure plus complexe qu’un créneau entre deux voitures. Tout l’art réside dans le fait d’utiliser à votre avantage la force des éléments (on accoste ainsi face au courant de la marée).

Nous avons également simulé le sauvetage d’une personne passée par-dessus bord, face au vent (j’ai du m’y reprendre à plusieurs reprises pour sauver la bouée à la dérive).

Notre instructeur nous a également montré comment effectuer un virage à grande vitesse sans faire chavirer le bateau.

Et, clou du week-end, nous avons eu le privilège de descendre le fleuve jusqu’à Tower Bridge avant de revenir à Putney, aux environs de 17h15.

 

Nous avons reçu notre permis PowerBoat RYA 2 au terme de la formation. Un événement que nous avons dignement célébré dans un pub proche des bureaux de Chas Newens Marine. J’approfondirai sans doute cette formation (en passant notamment le certificat PPR), avec l’objectif de développer un service commercial sur ce fleuve magique que j’apprécie chaque jour davantage.

Si vous résidez à Londres, je vous conseille vivement de contacter Chas Newens Marine pour suivre cette formation qui, au-delà de vous apprendre les rudiments de la navigation, vous donnera une perspective unique sur la Tamise.