Tourisme

Nager dans la Tamise. Est-ce vraiment une bonne idée ?

À de nombreuses reprises j’ai eu l’occasion de lire des récits consacrés à la pratique de la natation dans la Tamise. Le sujet a même fait l’objet d’un ouvrage intitulé Downstream, publié en 2015 par Caitlin Davies. Est-ce vraiment une bonne idée de plonger tête première dans la Tamise ? A-t-on depuis toujours nagé dans la Tamise ? Quels sont les lieux privilégiés pour la pratique de la natation dans le fleuve ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article.

read more…

Apprendre à naviguer sur la Tamise.

Vous l’aurez compris, je suis passionné par la Tamise, sous tous ses aspects. Je ne pouvais donc pas résister à l’envie de piloter un bateau sur les eaux du fleuve. J’avais déjà expérimenté la navigation fluviale à l’ancienne en louant une barque auprès de Richmond Bridge Boat Houses (une sortie que je vous conseille vivement). Mais je voulais pousser l’expérience un peu plus loin, en prenant la barre d’un bateau à moteur. read more…

La source de la Tamise.

La Tamise prend officiellement sa source à Thames Head / Trewsbury Mead (cf photo ci-dessous), un site situé à proximité du village de Kemble et de la ville de Cirencester, dans le Gloucestershire, à une altitude de 110m au-dessus du niveau de la mer (qui constitue donc le point haut du dénivelé de la Tamise). read more…

Londres depuis les collines qui bordent la Tamise.

L’urbanisation nous donne parfois l’impression que la Tamise coule au milieu d’une immense plaine. Mais si vous avez déjà effectué à pied le trajet qui sépare Westminster de Hampstead ou Wandsworth de Wimbledon vous aurez remarqué que le fleuve est en fait relativement encaissé, souvent entouré de collines aujourd’hui densément peuplées, à l’exception de quelques oasis (Hyde Park, Regent’s Park, Battersea Park, Richmond Park,…) qui nous rappellent que Londres fut longtemps entourée de vastes espaces verts, offrant un tableau très bucolique.

Regardez par exemple cette vue de la ville en 1543, que l’on doit à Anthony Van Wyngaerde, un dessinateur flamand spécialisé dans les vues paysagères urbaines. On y découvre la cathédrale St Paul et si l’on observe bien la carte, juste à gauche, un cours d’eau qui jadis venait se jeter dans la Tamise à l’emplacement de l’actuel pont de Blackfriars, la rivière Fleet, qui a donné son nom à la rue qui relie aujourd’hui le Palais de Justice à Farringdon Street. Fleet Street où se concentraient autrefois la plupart des titres de presse.

À gauche de l’illustration on retrouve l’Abbaye de Westminster qui, comme vous pouvez le constater, était alors à l’extrémité occidentale de la zone urbanisée, simplement rattachée au coeur de la ville par une bande assez étroite de palais et larges demeures.

Londres 1543 Anthony Van Wyngaerde

Une fois gravies, les collines qui entourent la ville vous offrent encore aujourd’hui de magnifiques panoramas. Voici trois points de vue que je recommande à celles et ceux qui ont l’occasion de découvrir Londres de Greenwich à Richmond.

1° Depuis l’observatoire de Greenwich (Musée Maritime à l’avant plan, Canary Wharf sur la droite en arrière plan).

Vue depuis l'observatoire de Greenwich sur la Tamise

Avec un peu plus de recul, depuis le sommet de One Tree Hill, on peut retrouver certains éléments du paysage sur cette toile de John Feary (1779). Le centre de Londres, à l’arrière plan, est alors bien éloigné.

john feary greenwich one tree hill 1779

2° Depuis Parliament Hill à Hampstead Heath

vue sur Londres depuis Parliament Hill

La vue était bien différente à l’époque de John Constable, vers 1820.

Hampstead Heath John Constable 1820

 

3° Depuis Richmond Hill (Terrace Field Park)

Richmond Hill Terrace field vue Tamise

Un point de vue qui avait retenu l’attention de Turner au début du 19ème siècle (Richmond Hill, le jour de l’anniversaire du Prince Régent, 1819, un tableau que vous pouvez retrouver à la Tate Britain tout comme celui de Constable).

Richmond Hill on the Prince Regent's Birthday, 1819, William Turner