Comme l’évoque Peter Ackroyd dans son fabuleux ouvrage Thames: sacred river, le cygne est associé à la Tamise depuis des temps immémoriaux. En 1295 le monarque anglais nomma pour la première fois un Swan Master (Maître des Cygnes) chargé de veiller au bien-être de ces gracieux oiseaux tout le long du fleuve. La Reine d’Angleterre est également appelée le Seigneur des Cygnes. C’est dire si cet oiseau revêt une importance toute particulière pour la couronne britannique. 

cygne tamise

On affirmait à une certaine époque que les cygnes pouvaient vivre jusqu’à 300 ans mais en vérité ils ne dépassent guère la trentaine. On leur prêtait aussi des dons lyriques en relatant l’histoire de cygnes qui auraient accueilli par leur chant mélodieux les équipages des navires de retour de voyage. Mais hormis le son puissant du battement de leurs ailes, les cygnes ne font en général que peu de bruit, de nature relativement muette (l’espèce principale est d’ailleurs appelée Mute Swan) et particulièrement discrète, en toute élégance, sauf quand on menace leur territoire. Les cygnes peuvent alors se montrer fort agressifs. Légitime défense.

Swan Upping – La Levée des Cygnes

Le cygne est au centre d’une tradition perpétuée depuis 900 ans. On l’appelle la levée des cygnes (Swan Upping).

À une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Londres, deux confréries se réunissent chaque année, les Dyers et les Vintners. Leurs bateaux traditionnels garnis d’un étendard bleu ou rouge remontent patiemment le fleuve pour encercler les oiseaux et leurs progénitures afin de procéder minutieusement à leur comptage et à la vérification de leur bonne santé.

 

Ces deux confréries jouissent depuis le 12ème siècle d’un droit de propriété sur une partie des cygnes de la Tamise, à égalité avec la Couronne (1/3, 1/3, 1/3). Les deux confréries baguent les cygnes qui leur appartiennent. Un autre bateau les rejoint, arborant lui un étendard aux initiales du monarque (E II R, pour Elizabeth II). C’est l’embarcation du Gardien des Cygnes au service de la Reine (Queen’s Swan Warden), chargé lui de recenser les spécimens propriétés de la Couronne, soit le tiers de la population (estimée au total à environ 1000 cygnes adultes). Ceux-là ne seront pas marqués.

Ensemble les Dyers, les Vintners et le Gardien des Cygnes répètent depuis neuf siècles ce rituel, ponctué par des “All Up” à chaque fois qu’un cygne est sorti de l’eau pour être examiné. Ce recensement s’étale sur cinq jours, du point de départ jusqu’aux environs de la ville d’Oxford. Une expédition unique en son genre !

swan upping cygnes tamise

À l’abri des saules pleureurs…

Le cygne était jadis consommé comme une volaille de prestige mais la dinde a désormais remplacé ce majestueux volatile sur la table des Britanniques au moment des fêtes.

Les cygnes peuvent donc mener une vie paisible sous les saules pleureurs qui bordent la rivière (depuis leur introduction au début du 18ème siècle, sans doute en provenance de Chine). Le saule pleureur était l’arbre favori du poète Alexander Pope (1688-1744). On peut en découvrir sur cette illustration de sa villa de Twickenham, réalisée peu après sa mort.

villa Alexander Pope Twickenham saule

Villa d’Alexander Pope, peu après sa mort.

Le saule est également au coeur du best seller pour enfants de Kenneth Grahame, The Wind In the Willows (Le vent dans les saules), un grand classique de la littérature anglaise, dont l’action se déroule à Cookham dans le Berkshire, sur les bords de la Tamise.

Hormis les cygnes on aperçoit un peu partout sur la Tamise de nombreuses espèces de canards et un nombre croissant d’autres oiseaux venus repeupler le cours du fleuve depuis son assainissement, à la fin du 20ème siècle. Vous pourrez par exemple croiser de petits perroquets verts à hauteur de Kew et Teddington (on en voit aussi parfois dans le parc de Richmond), et bien entendu de très nombreuses mouettes (qui étaient les dernières à avoir résisté à la pollution, se nourrissant des déchets alors charriés par le fleuve).

Si vous souhaitez découvrir toutes les richesses de la biodiversité, le London Wetland Centre de Barnes vous permet d’observer la faune locale dans d’excellentes conditions tout au long de l’année.